Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Informations pratiques

      logoauneuil2013.jpg

Bibliothèque municipale d'Auneuil

89, rue de la place

60390 AUNEUIL

 

Tél. 03 44 47 78 10

mail

           

Ouverture public :

Mardi

15h00-17h30

Mercredi

10h00-12h30 / 13h30-17h00

Jeudi

16h00-18h00

Samedi

13h30-17h00

1er et 3ème du mois

10h00-12h30 / 13h30-17h00

Recherche

A noter dans vos agendas !

Ateliers tricot enfant : Mercredi 22 avril de 14h à 16h. Inscrivez-vous !

Expo "Le polar au cinéma" jusqu'au 22 avril

 

Fermeture : La bibliothèque sera fermée du vendredi 24 avril au soir jusqu'au lundi 4 mai inclus

 

 

 


Archives

Voir tous les albums photos

Pour voir tous les albums photos mis en ligne, il vous suffit de cliquer sur n'importe quelle photo qui apparaît. Vous serez redirigés vers une fenêtre qui vous permettra de consulter l'ensemble des photos d' un album ou bien encore de les visualiser tous !

19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 12:27

rideau dechireLe rideau déchiré/Jodi Picoult - Editions Presses de la Cité, 2009

 

Résumé : Elevée par Andrew, son père, Delia Hopkins a connu une enfance heureuse dans le New Hampshire. C'est alors qu'elle s'apprête à se marier qu'elle découvre que son père est recherché par la police depuis vingt-huit ans pour l'enlèvement de Bethany Matthews, qui  n'est autre qu'elle-même... Sous le choc, la jeune femme cherche la vérité, au risque de bouleverser sa vie et celle de ses proches.

 

Extrait : J'ai passé tant de temps à l'imaginer...Elle pleurera en me voyant, elle me serrera dans ses bras au risque de m'étouffer...Elle aura du mal à trouver des mots assez forts pour me dire combien elle m'aime. Mais si elle est toujours en vie, pourquoi ne s'est-elle jamais donné de mal pour me retrouver ? J'ai toujours rêvé d'une mère qui se battrait bec et ongles pour qu'aucune force ne puisse nous séparer. Qui donnerait sa vie pour ne pas me perdre. Uen mère qui se comporterait exactement comme mon père...

 

Vous en parler : Très beau roman sur le choix d'un père divorcé qui, pour préserver sa fille d'une vie chaotique, ne la rend pas à sa mère à la fin d'un week-end de visite. Lorsque la vérité éclate, la vie de l'enfant, qui est devenue une jeune mère équilibrée, bascule. Qui est donc ce père ? Un monstre qui l'a privé de sa mère ? Ou un père aimant par dessous tout sa fille ?

Cette histoire vraie est bouleversante. Un vrai coup de coeur ! 

 

infant_parme.jpgL'infant de Parme/Elisabeth Badinter - Editions Fayard, 2008

 

Résumé : Au milieu du XVIIIème siècle, le petit infant de Parme, Ferdinand, est l'objet d'une expérience sans précédent. Désirant en faire un prince moderne, sa mère, Louise Elisabeth, fille de Louis XV, lui donne pour instituteurs l'élite des philosophes français. Convaincus que l'éducation fait l'homme, ils vont pouvoir expérimenter sur lui le bien-fondé de leurs théories. Alors que toute l'Europe des Lumières à les yeux tournés vers lui, l'enfant porte sur ses frêles épaules les espoirs de la nouvelle philosophie. Deviendra-t-il le prince éclairé que chacun espère ?

 

Extrait : "A quel prix ? Ni le précepteur ni le gouverneur n'en disent mot. Seul le barbier...s'étonne d'un emploi aussi chargé et "regrette qu'on le tienne enfermé sans répit à l'étude, à la stupéfaction de tout le monde". Ferdinand ne s'en plaint pas, mais note à plusieurs reprises qu'il est souvent grondé, puni et châtié. A cette époque, nul ne voit à redire à cette éducation sévère et rigoureuse.

 

Vous en parler : Ce "petit" livre, entre essai et biographie, entre histoire et sociologie, se lit d'un trait pour celui ou celle qui est passionné parle VXIIIème siècle, l'éducation des enfants et l'influence qu'ont pu avoir les philosophes des Lumières. L'écriture "noble" d'Elisabeth Badinter n'est plus à prouver et sa recherche historique et humaine sur la vie. Le protrait de cet enfant, objet impitoyable d'une expérience aveugle, qui deviendra un adulte en déséquilibre est brossé autour d'un drame évocateur : car peut-il y avoir une éducation sans un minimum d'amour ? L'éducation est-elle considérée comme objet d'expérience qui plus est sur un petit humain fragile et vulnérable ? C'est aussi tout le débat aujourd'hui des réformes au gré du vent.

Posté par Martine

 

rien_ne_soppose.jpgRien ne s'oppose à la nuit/Delphine de Vigan - Editions JC Lattès, 2011

 

Résumé : Delphine de Vigan nous offre une plongée bouleversante  au coeur de la mémoire familiale où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis. Sur la 1ère de couverture, on découvre une photo d'une femme blonde, les yeux rêveurs, posés sur quelque chose ou quelqu'un qu'on ne devine pas. C'est Lucile, la mère de Delphine. C'est l'histoire bouleversante de cette mère maniaco-dépressive. Lucile et sa bipolarité, ses angoisses, ses internements, son absence du réel. Toute sa vie jusqu'à son suicide.

 

Extrait : "Lorsque j'ai fini par accepter l'idée d'écrire ce livre, après une longue et silencieuse négociation avec moi-même, je pensais que je n'aurai aucun mal à y introduire de la fiction, aucun scrupule à combler les manques. (...)  Je croyais pouvoir inventer, donner un souffle, une direction, créer de la tension, mener l'affaire d'un bout à l'autre sans ligne de faille ni point de rupture. Au lieu de quoi je ne peux toucher à rien. Il me semble que je reste des heures les mains en l'air, ficelée dans un horrible tablier de bouchère, terrorisée à l'idée de trahir l'histoire. Je cherche l'angle qui me permettra de m'approcher encore, plus près, toujours plus près, je cherche un espace qui ne serait ni la vérité, ni la fable, mais les deux à la fois."

 

Vous en parler : Delphine de Vigan réussit un tour de force sans pareil en nous permettant d'accèder à une écriture vive et aiguë, en nous invitant à partager son hommage envers celle qui l'a mise au monde. Car c'est bien de cela qu'il s'agit même si pour pouvoir "accoucher" d'un tel ouvrage, il a fallu dévoiler les secrets familiaux, raconter la succession de drames invraisemblables - mort d'enfant, inceste, folie, suicides à répétition -. L'enquête et les recueils de témoignages glanés auprès de chaque membre de sa famille rendent le tout plus lourd de sens et nous imbrique dans un écrit intime, sans doute son plus beau livre. Un vrai coup de coeur !

 

A découvrir du même auteur : "No et Moi" ; "Les heures souterraines" ; "Jours sans faim"...

 

jours_fragiles.jpgLes jours fragiles/Philippe Besson - Editions Julliard, 2004

 

Résumé : Les jours fragiles s'articule autour de l'écriture d'un journal intime, celui d'Isabelle, soeur cadette du grand Arthur Rimbaud. Le récit commence alors que le poète est au plus mal, amputé d'une jambe, il doit revenir parmi les siens qu'il a fui des années auparavant pour mener la vie qu'il souhaitait. Une vie d'interdit, de poésie, d'addictions imprononçables pour sa famille et notamment sa mère qui ne lui pardonne rien. Isabelle raconte dans son journal ce frère tant aimé, partage son chagrin de ne pouvoir lui venir en aide en accompagnant ses derniers jours.

 

Extrait : "Parfois dans ses délires, il libère sa parole. Je ne comprends pas toujours ce qu'il raconte mais au moins il parle. Il brise le silence, la glace en son coeur. Il m'apprend qu'à l'adolescence il a cherché d'autres rives et des langages nouveaux. Il a voulu s'approcher plus près de l'inconnu, dépasser toutes les sensations humaines. Il a aspiré à se retrouver sur un versant vierge où tout serait à inventer. Disponible pour toutes les expériences et les sacrifices dans l'espoir d'accèder là où nul n'avait accédé jusqu'alors.  Plus tard, alors qu'il ne paraît pas conscient, il murmure qu'il a écrit avec la sensation du vertige. Pendant de brefs et lumineux instants, il a inventé des mondes. Aussitôt, je me rappelle une de ses poésies, qui s'intitulait "Le Bateau ivre" : il n'avait jamais vu la mer.

 

Vous en parler : C'est écrit avec simplicité et audace pourtant. C'est une langue sensible qui nous attache à Isabelle, personnage central de l'histoire, soeur de Rimbaud, qui s'oublie dans une vie morne et solitaire. Elle rend l'histoire et le poète attachant, on croit au récit et non au roman de fiction, on aime l'homme qui finalement à choisir de vivre le plus intensément possible sa vie de nomade en batissant une oeuvre incandescente. On l'écoute nous souffler : "que la mort n'est pas une affaire si grave si on a vécu sa vie d'homme". Très beau roman !

 

A découvrir du même auteur : "Les amants" ; "Son frère" ; "En l'absence des hommes"...

 

Postés par Cathy

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Coup de coeur

 


l'idée ridicule L'idée ridicule de ne plus jamais te voir/Rosa Montero - Editions Métailié, 2015

 

Chargée d'écrire une préface pour l'extraordinaire journal que Marie Curie a tenu après la mort de son mari, Pierre Curie, Rosa Montero s'est vue prise dans un tourbillon de mots. Au fil de son récit du parcours extraordinaire et largement méconnu de cette femme hors normes, elle construit un livre à mi-chemin entre les souvenirs personnels et la mémoire collective, entre l'analyse de notre époque et l'évocation intime.

Elle nous parle du dépassement de la douleur, du deuil, de la reconstructiond e soi, de la bonne mort et de la belle vie, de la science et de l'ignorance, de la force salvatrice de la littérature...

Vivant, livre, original, ce texte étonnant, plein de souvenirs, d'anecdotes nous plonge dans le plaisir primaire qu'apporte une bonne histoire. Récit sincère et émouvant.