Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Informations pratiques

      logoauneuil2013.jpg

Bibliothèque municipale d'Auneuil

89, rue de la place

60390 AUNEUIL

 

Tél. 03 44 47 78 10

mail

           

Ouverture public :

Mardi

15h00-17h30

Mercredi

10h00-12h30 / 13h30-17h00

Jeudi

16h00-18h00

Samedi

13h30-17h00

1er et 3ème du mois

10h00-12h30 / 13h30-17h00

Recherche

A noter dans vos agendas !

Ateliers tricot enfant : Mercredi 22 avril de 14h à 16h. Inscrivez-vous !

Expo "Le polar au cinéma" jusqu'au 22 avril

 

Fermeture : La bibliothèque sera fermée du vendredi 24 avril au soir jusqu'au lundi 4 mai inclus

 

 

 


Archives

Voir tous les albums photos

Pour voir tous les albums photos mis en ligne, il vous suffit de cliquer sur n'importe quelle photo qui apparaît. Vous serez redirigés vers une fenêtre qui vous permettra de consulter l'ensemble des photos d' un album ou bien encore de les visualiser tous !

19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 17:48

sylvain-tesson-copie-2.jpgDans les forêts de Sibérie/Sylvain Tesson - Editions Gallimard, 2012

Résumé : Assez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie. J'ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal. Là, pendant 6 mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché d'être heureux. Je crois y être parvenu. Et si la liberté consistait à posséder le temps ? Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence, toutes les choses dont manqueront les générations futures ? Tant qu'il y aura une cabane au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.

 

Vous en parler : Sylvain Tesson, l'écrivain-voyageur n'en est pas à son premier périple. Avec Dans les forêts de Sibérie, il part vivre dans une petite cabane au fond d'un bois près d'un lac au milieu d'une nature totalement sauvage. Pour lui tenir compagnie, une malle de livres qu'il nous fait découvrir ou redécouvrir, de l'alcool et des cigarillos. Viendront par la suite ses rencontres avec les amis russes, haut en couleur, avec qui il partage sa table et son eau de vie, deux chiens, un ours et une petite mésange... Les journées s'enchaînent et ne se ressemblent pas et nous le suivons dans ses randonnées, dans sa poésie, observons et écoutons avec lui le bruit que fait le silence. Et c'est bon...

 

Extraits : J'ai vécu une existence resserrée autour de gestes simples, regardé les jours passer, coupé du bois, pêché mon dîner, beaucoup lu, marché dans les montagnes et bu de la vodka, à la fenêtre. Au fond de la taïga, je me suis métamorphosé. L'immobilité m'a apporté ce que le voyage ne me procurait plus. (...) Je pense au destin des visons. Naître dans la forêt, survivre aux hivers, tomber dans un piège et finir en manteau sur le dos des rombières dont l'espérance de vie sous les futaies serait de trois minutes...Si encore les femmes couvertes de fourrure avaient la grâce des mustélidés qu'on écorche pour elles. (...) Le soleil disparaît à 17h. L'ombre gagne la clairière et la cabane s'assombrit. Je trouve à l'angoisse une antidote à effet immédiat : quelques pas sur la glace. Un simple coup d'oeil à l'horizon me convainc de mon choix : cette cabane, cette vie-là. Je ne sais pas si la beauté sauvera le monde ; elle sauve ma soirée. (...) Moi qui courait après chaque seconde pour leur faire rendre gorge et en extraire le suc, j'apprends la contemplation...

 

 

liste de mes enviesLa liste de mes envies/Grégoire Delacourt - Editions JC Lattès, 2012

Résumé : Lorsque Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, découvre qu'elle peut désormais s'offrir ce qu'elle veut, elle se pose la question : n'y a -il pas beaucoup plus à perdre ?

Vous en parler : Jocelyne est marié avec Jocelyn, ensemble ils ont eu 2 enfants. La 3ème est morte à la naissance. Jocelyne aime son homme, ses enfants qu'elle ne voit plus beaucoup, son métier, son blog Jodixdoigtsdor.com auquel se connecte de plus en plus de femmes esseulées, ses deux copines, soeurs jumelles, coiffeuses de métier et accrocs à un jeu fort connu : le loto.

 

Vous en parler : Jocelyne a une vie simple, remarque ici et là quelques aspirités, quelques couacs, ce qu'elle a râté peut être, cette enfant qu'elle a perdue, son homme qui a bu et noyé son chagrin dans ses bières et sa violence contre elle mais elle pardonne Jocelyne, elle aime. Un jour, encouragée par ses copines, elle joue au loto et elle gagne... C'est une écriture simple, comme issue d'un journal intime, on y découvre les joies et les malheurs d'une femme sans histoires, une liste d'envies à laquelle il faudra résister, s'abandonner pour continuer ou renaître. J'écris et je m'aperçois que mon coup de coeur est moins pour le roman que pour Jocelyne elle-même.

 

Extraits : Etre riche, c’est voir tout ce qui est laid puisqu’on a l’arrogance de penser qu’on peut changer les choses. Qu’il suffit de payer pour ça. Mais je ne suis pas riche. Je possède juste un chèque de dix-huit millions cinq cent quarante-sept mille trois cent un euros et vingt-huit centimes, plié en huit, caché au fond d’une chaussure. Je possède juste la tentation. Une autre vie possible. Une nouvelle maison. Une nouvelle télévision. Plein de choses nouvelles. Mais rien de différent. (...) Ce qu'on a vécu de beau devient-il laid parce que la personne qui embellissait votre vie vous a trahi ? Le cadeau merveilleux d'un enfant devient-il ignoble parce que l'enfant est devenu assassin ?

 

 ballade_de_lila-k.jpgLa ballade de Lila K/Blandine Le Callet - Editions Stock, 2010

Résumé  : Une jeune femme, Lila K, fragile et volontaire, raconte son histoire. Un jour, des hommes en noir l'ont brutalement arrachée à sa mère, et conduite dans un centre, mi-pensionnat, mi-prison, où on l'a prise en charge. Surdouée, associale, Lila a tout oublié de sa vie antérieure. Son obsession : retrouver sa mère, recouvrer sa mémoire perdue. Commence alors pour elle un chaotique apprentissage, au sein d'un univers étrange dans lequel les livres n'ont plus droit de cité...

 

Vous en parler : Pour Lila, tout s'est arrêté le jour où des hommes casqués, tout en noir, ont défoncé la porte, plaqué sa mère au sol, puis emprisonnée dans une camisole. Ce qu'elle se souvient : le regard de sa mère sur elle, cette mère qui papillonnait des yeux comme pour lui dire : « Au revoir, mon bébé. Je t'aime. Je t'aime». Nous sommes en l'an 2095.
Lila, 6 ans, suite aux « maltraitances » dont elle a été victime durant son enfance, se retrouve placée dans un Centre de rééducation. Dans un monde insensé aux règles implacables édictées par les « étroits ». Elle va devoir apprendre à parler, à marcher, à supporter le contact avec la nourriture, la lumière et les contacts physiques, pour se reconstruire et approcher la vie.
Son seul objectif, malgré les supplices endurés, consistera à mener son enquête pour retrouver la mémoire – perdue pour cause d'amnésie - retrouver son passé et retrouver sa mère.
L'histoire est prenante, la progression constante distillée dans un style froid et concis à l'image de la détresse  de Lila. On plonge dans un monde futuriste où tout est réglementé, filmé, contrôlé, mis en conformité... Moi qui n'est pas attirée par les romans d'anticipation, je me suis laissée faire et j'ai vraiment apprécié.

 

Extraits : C'est étrange, je ne me suis jamais imaginé de famille en dehors de ma mère. Je n'ai jamais pensé que je pouvais avoir quelque part des oncles, des tantes, des grands-parents. Pour moi, il n'y avait qu'elle. L'intuition était bonne : Lila K, née de père inconnu et d'une mère enfant trouvée. Mon arbre généalogique ne ressemble pas à grand-chose, il faut bien le reconnaître. Deux rameaux coupés court. Le destin a eu la main lourde, côté sécateur. (...) “On passe sa vie à construire des barrières au-delà desquelles on s’interdit d’aller : derrière, il y a tous les monstres qu’on s’est créés. On les croit terribles, invincibles mais ce n’est pas vrai. Dès qu’on trouve le courage de les affronter, ils se révèlent bien plus faibles qu’on ne l’imaginait.”  (...) C’est cela, sans doute, faire son deuil : accepter que le monde continue, inchangé, alors même qu’un être essentiel à sa marche en a été chassé.

 

Postés par Cathy

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Coup de coeur

 


l'idée ridicule L'idée ridicule de ne plus jamais te voir/Rosa Montero - Editions Métailié, 2015

 

Chargée d'écrire une préface pour l'extraordinaire journal que Marie Curie a tenu après la mort de son mari, Pierre Curie, Rosa Montero s'est vue prise dans un tourbillon de mots. Au fil de son récit du parcours extraordinaire et largement méconnu de cette femme hors normes, elle construit un livre à mi-chemin entre les souvenirs personnels et la mémoire collective, entre l'analyse de notre époque et l'évocation intime.

Elle nous parle du dépassement de la douleur, du deuil, de la reconstructiond e soi, de la bonne mort et de la belle vie, de la science et de l'ignorance, de la force salvatrice de la littérature...

Vivant, livre, original, ce texte étonnant, plein de souvenirs, d'anecdotes nous plonge dans le plaisir primaire qu'apporte une bonne histoire. Récit sincère et émouvant.