Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Informations pratiques

      logoauneuil2013.jpg

Bibliothèque municipale d'Auneuil

89, rue de la place

60390 AUNEUIL

 

Tél. 03 44 47 78 10

mail

           

Ouverture public :

Mardi

15h00-17h30

Mercredi

10h00-12h30 / 13h30-17h00

Jeudi

16h00-18h00

Samedi

13h30-17h00

1er et 3ème du mois

10h00-12h30 / 13h30-17h00

Recherche

A noter dans vos agendas !

Ateliers tricot enfant : Mercredi 22 avril de 14h à 16h. Inscrivez-vous !

Expo "Le polar au cinéma" jusqu'au 22 avril

 

Fermeture : La bibliothèque sera fermée du vendredi 24 avril au soir jusqu'au lundi 4 mai inclus

 

 

 


Archives

Voir tous les albums photos

Pour voir tous les albums photos mis en ligne, il vous suffit de cliquer sur n'importe quelle photo qui apparaît. Vous serez redirigés vers une fenêtre qui vous permettra de consulter l'ensemble des photos d' un album ou bien encore de les visualiser tous !

22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 14:34

delicatesseLa délicatesse/David Foenkinos - Editions Gallimard, 2009  

Résumé : Nathalie a tout pour être heureuse : un mari, François, qu’elle adore avec lequel elle projette d’avoir un enfant, un boulot dans une boîte suédoise où elle dirige une petite équipe performante, un patron qui l’admire et qui la drague aussi un peu, une famille et des amis. Puis, un jour, le bonheur s’arrête net avec la voiture qui renverse François et le tue sur le coup. Pour Nathalie, commence alors une longue chute, un état second dans lequel pourtant elle évoluera en reprenant le travail, en accumulant les heures supplémentaires, en passant pour une combattante aux yeux de tous. Un jour, Markus, un membre de son équipe, entre dans son bureau et sans bien réfléchir ni à l’acte, ni aux conséquences, elle l’embrasse. De là va naître une rencontre improbable pour l’un comme pour l’autre, tout en délicatesse

 

Extraits : C’est elle qui l’avait embrassé. On n’avait pas le droit d’agir ainsi sans donner d’explication. C’était comme voler quelque chose et partir en courant. C’était exactement ça : elle était partie en courant de ses lèvres à lui. Comment l’acte du baiser pouvait-il être gratuit pour elle alors que pour lui, il avait une valeur inestimable ? Oui, hors de prix. Ce baiser était là, partout en lui, et continuait à faire son chemin.

Il y a des gens formidables qu’on rencontre au mauvais moment. Et il y a des gens qui sont formidables parce qu’on les rencontre au bon moment.

  

Commentaire : On revient de tout, même d’un chagrin immense. On avance tous dans un brouillard épais au début puis on s’appuie sur des parois, on laisse les autres nous ouvrir les fenêtres et laisser passer la lumière. Avec délicatesse. David Foenkinos nous accompagne à travers son livre vers cette renaissance, cette résilience qui nous inspire le meilleur après le pire. Même son écriture est délicatesse.

Posté par Cathy

 

 

 coeur_regulier.jpgLe coeur régulier/Olivier Adam - Editions de l'Olivier, 2010

Résumé : Sarah vient de perdre Nathan, son frère tant aimé, dans un accident de voiture. Elle se sent de plus en plus étrangère à sa vie, jusque là si « parfaite ». Le cœur en cavale, elle s’enfuit au Japon et se réfugie dans un petit village au pied des falaises. Ses falaises bien connues pour une habitude macabre qu’ont ceux qui veulent en finir avec la vie, de son bord, se jeter dans le vide. Nathan prétendait avoir trouvé la paix ici, auprès d’un certain Natsume. En revisitant les lieux que son frère a parcouru, elle a l’espoir de se rapprocher, une dernière fois, de lui. Mais c’est sa propre histoire qu’elle va redécouvrir, à ses risques et périls.

 

Extraits : Personne ne reste longtemps à la fois en dedans et en dehors. Personne ne tient longtemps en lisière.

Nathan était un homme tendu, vibrant, solaire mais aussi chancelant, cramé, usé, prêt à craquer, à prendre feu à la moindre étincelle.

 

Commentaire : Le point fort d’Olivier Adam, c’est qu’il sait faire de la littérature avec le quotidien et tous ses personnages, tour à tour, nous parlent, font écho en nous. Il aime décrire les paysages qui se mêlent incroyablement avec les émotions et les sentiments de ses personnages, on ne peut les séparer. Les mots sonnent juste, sans mélo et se nourrissent de nos félures et nos gouffres. A lire et relire encore, le coeur en tambour.

Posté par Cathy

 

chose etrange que le mondeC'est une chose étrange à la fin que le monde/Jean d'Ormesson - Editions Robert Laffont, 2010

Résumé : Qu'est-ce que la vie et d'où vient elle ? Comment fontionne l'univers ? Voilà déjà trois mille ans que l'homme s'efforce de répondre à ces question. L'histoire s'est accélérée depuis trois ou quatre siècles. Nous sommes entrés dans l'âge moderne et postmoderne. La science, la technique, les chiffres ont conquis la planète. il semble que la raison l'ait emporté. Elle a permis aux hommes de remplacer les dieux à la tête des affaires du monde. Où en sommes-nous aujourd'hui ? La vie a-t-elle un sens ou est-elle une parenthèse entre deux néants ? Est-il permis d'espérer quoi que ce soit au-delà de la mort ?

 

Extraits : Quelques pensées :

"La mort et l'amour sont deux phases inséparables de la vie" ; "L'univers attendait-il la vie, la vie attendait-elle la pensée pour donner un sens au passé ?" ; "Il y a chez les hommes et seulement chez les hommes, un élan vers la beauté et vers la vérité et une soif d'espérance" ; "La découverte du passé est réservé à l'avenir. Les hommes, par la pensée, font en sens inversele chemin suivi par l'histoire. Plus le monde vieillit, plus il en apprend sur sa jeunesse...le passé s'éclaire à mesure qu'il s'éloigne" ; "il faut toujours penser comme si Dieu existait et toujours agir comme s'il n'existait pas".

 

Commentaire : Un livre facile à lire pour celui ou celle qui cherche à avoir une vue d'ensemble sur la vie et la place de l'homme dans l'univers depuis l'origine. Avec des mots simples, accessibles à tous, Jean d'Ormesson brosse tout l'histoire de l'univers depuis le big bang à la connaissance humaine depuis Homère. Il nous parle d'astronomie, de sciences, de littérature, de philosophie, d'histoire. Bien que cela soit écrit comme un roman, c'est d'avantage une causerie, une rêverie, un fil tendu au travers des âges qu'il nomme le "fil du labyrinthe" entrecoupé par le "rêve du Vieux", observateur infatigable et hors du temps (Dieu ?) qui lui, nous parle de notre humanité.

Le titre est extrait d'un poème d'Aragon.

Posté par Martine

  

elle_sappelait_sarah.jpgElle s'appelait Sarah/Tatiana de Rosnay - Editions Heloise d'Ormesson, 2007

Résumé : Julia JARMOND, une journaliste américaine vivant en France, couvre en 2002 la Commémoration de le Rafle du Vel d’Hiv.Elle suit la trace de Sarah, petite fille de 10 ans, innocente victime de la barbarie humaine.
 Sarah, arrêtée avec ses parents le 16 juillet 1942, a le temps de cacher son petit frère dans l’appartement, lui promettant de revenir le chercher. Elle n’a de cesse de s’échapper de ses lieux d’emprisonnement  afin de pouvoir tenir sa promesse sans savoir ce que le petit garçon est devenu.
 Au fil des pages, on découvre que les histoires de Sarah et de Julia sont étroitement liée. Son enquête va l’impliquer sur le plan personnel, avec des répercussions sur sa propre vie.
 
Commentaire : Je n'avais   pas pu aller voir le film issu de ce roman à sortie en 2009 où Julia est interprétée par l'actrice Kristin Scott Thomas et je le regrettais. Aussi, lorsque j'ai pu lire le livre, je n'ai pas hésité. Parfois c'est un livre qui nous amène vers l'adaptation cinématographique parfois c'est le contraire. Là où l'histoire est très bien ficelée, c'est au niveau de l'intrigue n'est pas essentiellement basée sur l'histoire de Sarah, celle de Julia se superpose à la sienne avec 60 ans d'écart. 
 J'ai beaucoup aimé ce roman, plein d'émotions, qu'on lit d'une traite, avide d'en connaître le dénouement.
Posté par Maryline
Autre titre du même auteur dans votre bibliothèque : Le voisin chez le même éditeur, 2010
 
 
Les Visages/Jesse Kellerman - Editions Sonatine, 2009
 
visagesRésumé : Ethan Muller est descendnt d'émigrés allemands et riche amateur d'art. Il découvre des dessins qui se révèlent être très vite d'une valeur inestimable et font l'unanimité du monde artistique. Leur publication amène un policier à la retraite à contacter Etahn car il reconnaît, dans ces portraits, des visages d'enfants décédés 40 ans plus tôt.
Ethan devient obsédé par ces dessins et va entreprendre de retrouver leur auteur, un certain Victor Cracke dont personne ne connait rien.
 
Extrait : Si je suis toujours en train d'écrire un roman policier -et je n'en suis pas sûr-, j'imagine qu'on est arrivé à l'endroit du livre où je règle tous les détails qui restent en suspens et où je vous rassure sur le fait que la justice a été rendue. Ceux d'entre vous qui attendait une fin spectaculaire risquent un peu d'être déçus et je m'en excuse. Vous n'avez pas tenu jusqu'ici sans être en droit d'espérer une forme ou une autre de bouquet final.
 
Commentaire : Sur fond d'enquête policière, d'intrigue amoureuse et de saga familiale, ce polar captive du début à la fin, tient en haleine. Tous les élément pour un bon roman sont réunis avec à la fois du suspens, du mystère et un dénouement inattendu.
On attend avec impatience le prochain Kellerman.
Posté par Maryline
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Coup de coeur

 


l'idée ridicule L'idée ridicule de ne plus jamais te voir/Rosa Montero - Editions Métailié, 2015

 

Chargée d'écrire une préface pour l'extraordinaire journal que Marie Curie a tenu après la mort de son mari, Pierre Curie, Rosa Montero s'est vue prise dans un tourbillon de mots. Au fil de son récit du parcours extraordinaire et largement méconnu de cette femme hors normes, elle construit un livre à mi-chemin entre les souvenirs personnels et la mémoire collective, entre l'analyse de notre époque et l'évocation intime.

Elle nous parle du dépassement de la douleur, du deuil, de la reconstructiond e soi, de la bonne mort et de la belle vie, de la science et de l'ignorance, de la force salvatrice de la littérature...

Vivant, livre, original, ce texte étonnant, plein de souvenirs, d'anecdotes nous plonge dans le plaisir primaire qu'apporte une bonne histoire. Récit sincère et émouvant.